KleenUp-Vectoriel-Nouveau
Kleen'up, la poubelle
de poche qui sert aussi
de cendrier de poche
• biodégradable •
Retrouvez Kleen'up sur Facebook Retrouvez Kleen'up sur Twitter Abonnez-vous un flux RSS de Twitter La chaine vidéo d'Asity et de Kleen'up

Abonnez-vous
l'INFO-LETTRE
du Blog de Kleen'up

Entrez votre adresse email :


Kleen'up est une marque
et un modèle déposés
Pour toutes informations
adressez-vous à Asity - France

AddThis Social Bookmark Button

Sowat - Le cendrier personnel durable et toujours présent

Dans la catégorie des cendriers de poche durables, pardon des « cendriers personnels durables », le SoWat est l'un des plus astucieux. Il est toujours là puisqu'il embarque littéralement le paquet de cigarettes et il est très malin car il étouffe les mégots.

Bien sûr, il peut ne pas plaire à tout le monde. Mais au-delà de plaire ou pas, Sowat a été conçu par un engagé dans la lutte contre l'abandon sauvage de mégots, Hubert Calvet, qui, loin de faire l'apologie du tabagisme, a conçu ce cendrier de poche pour répondre à une exigence simple : Le fumeur ne doit plus pouvoir jeter un seul mégot dans la nature.

Nous avons rencontré Hubert et il faut avouer que ce personnage haut en couleur, en détermination et en créativité, nous a séduit.

Interview


Kleen'up : De manière très synthétique, pouvez-vous nous exposer les caractéristiques du SoWat ?

Hubert Calvet : SoWat est un cendrier totalement nouveau, qui « fusionne » avec un paquet de cigarettes. Il le protège tout en proposant un collecteur / étouffeur de mégots très innovant. C'est un objet breveté, à notre connaissance unique à ce jour. On aime à le dire « éco-responsabilisant » même si le néologisme est pompeux pour un simple cendrier, en tout cas, il est destiné à un fumeur sensible à l'écologie et à la protection de l'environnement.

K'U : Comment, et dans quelles circonstances, vous est venue l'envie de mettre au point votre cendrier de poche, le SoWat ?

HC : En fait je parle plutôt de cendrier personnel ou individuel même s'il tient parfaitement dans une poche. Ce n'est pas une coquetterie, il suffit parfois de peu de choses pour passer d'un concept pas toujours bien ressenti à quelque chose d'efficace — pensez à une grande banque il n'y a pas longtemps — même si in fine vous avez raison, c'est pareil !

L'histoire commence sur un bateau avec un farouche défenseur de l'environnement qui jetait systématiquement ses mégots à la mer ! En rentrant j'ai décidé de lui offrir un cendrier "de poche", un truc simple et pratique pour tous les jours et là j'ai eu un problème parce que je n'ai trouvé que des objets adaptés à des situations particulières : cendriers aimantés, cendriers porte-clés, cendriers « tube de rouge à lèvres », cendriers à planter dans le sable, à perdre au fond du sac, à poser sur le bureau, à glisser dans la poche, mais rien pour mon "bonhomme" et ses passagers pour des raison toutes bêtes : les poches dans leurs maillots de bain faisaient cruellement défaut, le sable idem, les sacs étaient dans les soutes avec le tube de rouge à lèvres et les porte-clés, le bateau était en plastique, quant au bureau, il était bien loin... ! La seule chose qui était commune à cet instant à toutes et à tous était le paquet de cigarettes, c'est comme ça que j'ai eu l'idée simple de greffer un vrai cendrier sur les paquets classiques.
Je n'ai compris que plus tard que si l'idée était simple, sa réalisation serait BEAUCOUP plus compliquée...

K'U : La mise au point d'un produit tel que SoWat n'est pas chose aisée sur le plan technique, surtout lorsqu’on veut le faire avec une conscience écologique. Quels sont les atouts de Sowat sur le plan de sa fabrication : respect de l'environnement, économie équitable... ?

HC : Sur le plan technique certes mais sur le plan financier aussi...

SoWat - anagramme de Smoke Only With AshTray (Fumez seulement avec un cendrier) - est sûrement à ce jour le produit le plus abouti en terme d'efficacité durable sur le marché des collecteurs de mégots. C'est un produit « High Tech » qui a été développé en gardant toujours à l'esprit des valeurs simples :

  • Réduction maximale du nombre de pièces, moins de moules, moins de matière.
  • Deuxième vie du paquet de cigarettes qui s'utilise comme poubelle grâce au tiroir de SoWAt conçu sur mesure.
  • Matière première régénérée non additivée sans PVC et traçable (fournie par un constructeur automobile français.).
  • Production locale impérative (dans le centre de la France) optimisation des transports et pas d'import de pays « low-cost ».
  • Valeurs sociales fortes, montage et conditionnement réalisés par des travailleurs en difficultés physiques ou mentales.
  • Messages informatifs et pédagogiques dans toutes nos communications.
  • Encouragement à la propreté et au développement durable avec le concept des Ambassadeurs dont nous parlerons peut-être plus tard.,
  • Différentes actions auprès des politiques notamment lors du Grenelle II.
  • Enfin, sponsoring associatif.

Inconvénient : dans ces conditions, il coûte un peu plus cher à produire mais au moins nous, nous savons ce que nous faisons. En cela, nous pensons aussi défendre les valeurs de nos clients.





K'U : Les mégots sont un vrai gros problème d'environnement qui agace particulièrement les non-fumeurs. Pensez-vous que les choses puissent évoluer vers une prise de conscience des fumeurs eux-mêmes et, si oui, par quels biais pourrait survenir cette évolution ?

HC : Les « non-fumeurs » certes, les collectivités locales également...
Bien sûr que je pense que les choses peuvent évoluer. Les actions engagées par des associations de défense de l'environnement, le travail des bloggeurs, les distributions ponctuelles de produits type cendriers de poches, pochettes ou cendriers de plage ont une efficacité et permettent une sensibilisation du grand public ; ce qui est important, c'est de transformer en un geste systématique la récupération des mégots.

L'objectif de SoWat, c'est : « toute l'année et facilement ». Devant l'école, le bureau, à la terrasse des cafés, partout ! Et ça, ça passe par des produits durables. SoWAt est désormais incontournable, j'en suis convaincu.

Avec SoWAt aujourd'hui :

  • le fumeur ne cherche plus un cendrier : il l'a !
  • Il n'écrase plus ses cigarettes : ils les posent simplement, SoWAt fait le reste.
  • Il est autonome et peut s'en servir dans n'importe quelles circonstances : plus besoin de poches, de sacs, de rouges à lèvres, de clés, de ferraille, de sable, d'enlever ses gants.
  • Il a la garantie de donner du travail à des gens en difficultés, il sait où, comment et avec quoi SoWat est fabriqué.

Il y a une autre piste pour faire avancer les choses qui ne relève pourtant - comme SoWAt - que du bon sens : le marché des cendriers individuels souffre d'un manque de visibilité, d'une exposition forte à une concurrence « low-cost » (prix cassés) lorsque de gros volumes sont en jeu et d'une offre pléthorique confuse qui complique la vie de l'acheteur. Entre les box en carton bio ou pas bio, les boites en ferraille qui font « clic » et celles qui font « cloc », ceux qui tuent les mégots et ceux qui les étouffent, les "Made in France" fabriqués en Chine, les recyclés ou presque, les PP, les PC, les ABS/PC, et autres PLA, le tout en 50 versions différentes.

ON NE S'Y RETROUVE PAS !

Les journalistes ne savent pas qui publier, les acheteurs quoi acheter et les donneurs d'ordres "rigolent" en faisant jouer à fond la concurrence qui se bat à coup de centimes.
Je souhaite réunir les fabricants et les revendeurs qui ont une vision éthique et une sensibilité écologique réelle pour créer une charte commune avec pour objectifs :

  • d'assainir le marché,
  • d'homogénéiser les gammes,
  • peut-être de créer un label, voire un logo ou une identité commune pour un meilleur impact « commercial »,
  • une tenue des prix,
  • renforcer les relations avec les institutionnels,
  • favoriser des actions pérennes 12 mois sur 12 en dehors des campagnes publicitaires des acteurs directs du tabac,
  • identifier les produits d'importations,
  • optimiser et mutualiser des présences dans les salons européens,
l'idée étant de « Réunir pour Réussir » au lieu de jouer chacun dans son coin dans la cour de la vieille école !

J'invite tous ceux qui partagent ces idées à me contacter soit par le site www.sowat.eu soit à l'adresse : contact@sowat.eu

Chacun aujourd'hui apporte sa réflexion, il faut simplement être capable de répondre de façon cohérente à toutes les demandes - jetables ou durables - depuis le concert en passant par la plage ou le bureau. SoWat est un peu en dehors de tout ça mais peut se présenter comme le produit de fidélisation long terme de la gamme.

Quelques grandes lignes :

  • traçabilité de la fabrication et des matières premières,
  • prise en compte de l'impact carbone,
  • éthique sociale,
  • engagement pédagogique...etc.

Il n'est pas question de rejeter qui que ce soit, il est question de mettre en exergue les avantages mais aussi les faiblesses des différents produits.

 

Sowat - cendrier de poche durable blanc Sowat - cendrier de poche durable - bois Sowat - cendrier de poche durable - chrome


K'U : En France, contrairement aux pays anglo-saxons, le fait de jeter un mégot ou tout autre micro-déchet (chewing-gums, micro-emballages, capsules...) ne semble pas indigner autant. Puisque déjà prévu par le code pénal, pensez-vous qu'il faille distribuer des amendes pour ce type de délit, comme en Angleterre ou au Canada ?

HC : NON ! Vous pensez sans doute à quelques articles publiés récemment dans des revues bien-pensantes décrivant l'efficacité d'une politique de sanctions des fumeurs jeteurs de mégots. Avec leurs idées, j'imagine des « milices anti-mégots » qui rodent le soir dans les petites villes de province à la recherche du bandit qui aurait jeté sa cigarette dans la rue... Les français ne fonctionnent pas comme les Anglais (ça se saurait) ou les Canadiens (idem…). Si la verbalisation peut parfois servir la communication, il faut aborder la question comme s'il s'agissait d'une épidémie : on communique, on informe, on encourage, on propose des solutions mais une amende — en plus quelle amende ? 183 € à Paris, 150 € à Lyon, 135 € sur l'autoroute A7, 30 € à Martigues ! — ne me parait pas être une solution efficace et à tout le moins peu pédagogique.

 

K'U : En France, le "rejet du tabac", son bannissement, a presque transformé tout ce qui s'y rattache en tabou, au point que de nombreuses collectivités territoriales et gestionnaires de sites se refusent à lancer des campagnes contre l'abandon de mégots, voire à mettre à disposition des cendriers pour limiter les dégâts. Pensez-vous que les mentalités soient en train d'évoluer du fait de la prise de conscience "générale" en matière de protection de l'environnement ?

HC : NON ! Le marché se développe en volume sur des actions ponctuelles souvent soutenues par des cigarettiers mais la prise de conscience générale, dans mon quotidien, je ne la vois pas venir, ni chez les buralistes, ni dans la grande distribution, ni chez les manufacturiers de tabac (dans le cadre de politiques durables et hors plan-médias saisonniers évidemment), mais j'aimerais bien qu'ils me prouvent que je me trompe.

OUI ! L'absence de communication nuit à cette prise de conscience et les Pouvoirs Publics ne font pas grand-chose pour que cela change.
Exemple : J'avais demandé au rédacteur de l'article de Grenelle II concernant les mégots (Art L .105) de rajouter le mot durable devant recyclable - cela me paraissait logique dans une loi emblématique de la défense de l'environnement et du développement durable - cela a été rejeté.
De la même façon j'avais demandé que chaque « menu objet » (c'est ainsi qu'il est pudiquement écrit pour ne pas dire collecteur de mégots ou cendrier) soit porteur d'une information de sensibilisation du grand public. Refusé également.
Contrairement à ce que certains pensent, je n'ose croire qu'il s'agissait de favoriser des intérêts personnels ou de céder à des lobbys puissants, j'en ai donc conclu que mes propositions étaient inadaptées ou trop tôt !

À moins de venir de Mars, « tout le monde » sait que le tabac est néfaste pour la santé. Par contre, qui s'intéresse à la contamination des nappes phréatiques ? Qui pense aux animaux qui s'étouffent en ingérant des filtres ? Qui connait Richard Gersberg de la SDSU ? Qui considère le jet de mégots comme un geste grave ? Nous avons fait, dans le concept Ambassadeur SoWAt, un jeu simple sous forme de questions à choix multiples : rares sont les gens qui répondent correctement. À cause de la censure générale sur le tabac, il y a un vrai déficit de communication autour de ce problème et ça c'est dommage car nuisible à la pratique d'un geste pourtant tellement simple. (surtout depuis SoWat :-)

Je voulais profiter de la journée mondiale « sans tabac » (No Tobacco Day) pour faire une journée « sans tabac ni mégots ». Même si, j'en conviens, ça tombe sous le sens, c'est une formidable occasion de parler de pollution des filtres et de faire de la sensibilisation grand public. Lors d'une conversation téléphonique, le Ministère de l'environnement m'a vite fait comprendre que c'était une excellente idée et que ça resterait une excellente idée... au fond du grand placard à idées !



Sowat - cendrier de poche - chrome Sowat - cendrier de poche - jeans Sowat - cendrier de poche - rose

 

K'U : SoWat est aussi commercialisé à l'international. Rencontrez-vous des sensibilités différentes sur le sujet, voire des obstacles différents, dans les différents pays dans lesquels Sowat est distribué ?

HC : Les Suisses sont très sensibles à l'intégration de personnes handicapées dans le process de fabrication. Les Belges et les Luxembourgeois trouvent l'idée excellente mais ont beaucoup de paquets de 25 et SoWat ne sait pas s'adapter. Les Autrichiens commencent à acheter des produits « Prestige ». Pour Amsterdam, ce sont surtout les boutiques souvenirs. En Slovénie, je m'étonne d'avoir de bons retours. À Stockholm, nous connaissons des difficultés de prix à cause du port. On a aussi des cendriers qui sont partis en Israël, dans les DOM/POM. On a même un ostréiculteur polynésien qui va en recouvrir de nacre, sympa pour les photos...


K'U : SoWat est un bon support pour mener des campagnes de sensibilisation aidée / accompagnée (puisque proposant une solution) mais, pour le moment, vous n'offrez pas de solution de personnalisation. Pensez-vous y venir et pensez-vous que ce soit nécessaire pour faire plus facilement adhérer les gestionnaires de sites à l'idée de mener des campagnes de sensibilisation ?

HC : J'ai compris ça il y a quelque temps et nous avons réagit en réalisant « SoWat II » qui va sortir vers le 1er octobre : plus étanche, renforcé, avec de nouvelles couleurs mais surtout avec une façade revue pour offrir des solutions d'affichages idéales pour les annonceurs. Nous avons également décidé de réaliser pour chaque donneur d'ordre une documentation personnalisée qui présentera leurs actions en faveur de l'environnement mais aussi des messages généraux et pédagogiques sur la défense des milieux naturels et, évidemment, on parlera du problème des mégots.
Chaque cendrier est déjà livré avec une carte Ambassadeur SoWAt, qui donne droit à des remises sur le site www.le-cendrier-de-poche.com mais surtout qui encourage celles et ceux qui, en devenant Ambassadeurs, adoptent la « SoWAt'Attitud » (voir www.sowat.eu/sowatattitud.html) et contribuent à faire avancer les choses. Nous allons continuer ces efforts tant que l'on pourra.


K'U : Le courant "vert" a été rattrapé par nombre d'entreprises qui s'y sont engouffrées pour se préserver une bonne image ou s'en créer une plus "verte". Dans de nombreux cas, elles ont fait ce qu'on appelle du "Lavage au vert" (Green Washing), c'est à dire du "Semblant Vert". Ce type d'approche, si elle pose un problème évident de rapidité de solutionnent des problèmes environnementaux, n'est-elle pas tout de même une opportunité pour financer des actions de toutes natures qui, le cas contraire, ne disposeraient pas d'assez de ressources ?

HC : Si vous voulez me faire dire que SoWAt manque d'argent pour assurer son développement et surtout le développement des nouveaux concepts encore plus efficaces et plus innovants que nous avons dans les cartons, alors OUI, je le confirme, SoWAt manque d'argent pour auto-financer sa croissance. Nous recherchons des partenariats, des business-angels, des fonds propres pour continuer nos travaux en France et créer des emplois. Alors OUI, les opportunités pour financer des actions de toutes natures qui, dans le cas contraire, ne disposent pas d'assez de ressources sont les bienvenues. Vive le Green Washing surtout s'il veut bien venir nous voir !!!


K'U : Y a-t-il quelque chose d'autre que vous auriez aimé aborder ?

HC : Oui, d'une part que nous serons présents les 18 et 19 septembre à Paris, au salon LOSANGE’XPO, et, d'autre part, je voudrais rendre hommage au travail de grande qualité que l'on trouve sur votre blog. Vous faites avec talent partie des acteurs incontournables de ce secteur. Je remercie également notre tout aussi incontournable partenaire www.art-o-base.com, fidèle animateur du site de SoWat. Merci à vous pour cet interview.


K'U : Merci à vous également. Souhaitons un véritable succès à SoWat et surtout, surtout, de gagner la lutte contre cette "saleté de mégot".

Pour en savoir plus sur le SoWat


blog comments powered by Disqus